Fensch

19,00 TTC

La fiction photographique d’une quarantaine de pages de Claire Jolin et le cadavre exquis que forment les poèmes d’Hervé Scialdo tissent des liens entre leurs deux univers. Les images et les mots s’entremêlent.

Avec la collection PhotosMots, nous souhaitons toucher un lectorat plus large que celui des initiés et leur donner goût à la lecture de la photographie contemporaine. Nous rapprochons deux formes narratives parce que nous pensons que le sens d’une série photographique se déploie comme celui d’un roman : par ellipse et avec lenteur. Ce mot lenteur est important, car on oublie souvent que pour comprendre il faut ralentir et prendre son temps.

Catégorie :

   Photographies de Claire Jolin
   Poèmes d’Hervé Scialdo

« Enfant, je pensais que le monde n’existait pas, que je l’inventais au fur et à mesure. Dans la toute petite enfance, les pensées-images, réelles, imaginaires et rêvées, ne font qu’un. De cet âge, je garde un souvenir influent et contrasté, mêlé de danger, peur, vide mais surtout de joie à l’état brut, d’énergie incommensurable…
Et puis, peu à peu, les images des adultes ont pris de plus en plus de place jusqu’à recouvrir les miennes. Ce passage vers l’âge de raison est une perte : aujourd’hui, l’accès conscient aux pensées-images originelles m’échappe définitivement. J’y gagne un monde stable à peu près cohérent sur lequel construire l’expérience de mon identité, des autres et du monde.
Adulte, que reste-t-il de ces images sans langage et quelles influences ont-elles ?
J’ai décidé d’explorer cette idée juste à côté de chez moi, dans un haut lieu sidérurgique de Lorraine : la vallée de la Fensch. J’ai choisi cet endroit parce qu’il est chargé d’images emblématiques de notre mémoire collective : les villes-usines qui crachent et qui toussent, une époque qui ne fait plus rêver depuis longtemps et puis aussi son surnom, la vallée des anges, un pays “où le nom des patelins s’termine par… ange” comme le chante Lavilliers. Pourtant, les gens que j’ai rencontrés là-bas recouvrent pudiquement la réalité – la vallée, ses bruits, l’épaisseur de l’air et l’omniprésence des usines – par des souvenirs tendres d’une époque révolue.
J’ai voulu que la fiction photographique qui en résulte nous laisse glisser dans un univers intermédiaire, multicouche, à mi-chemin entre le réel et les profondeurs telluriques et liquides des souvenirs. Elle parle des contrepoids que nous créons pour passer d’un temps béni… à la réalité. Et nous préparer ainsi à affronter le monde. »
Claire Jolin

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Descriptif technique

Impression offset classique
2 cahiers extérieurs de 12 pages (110×160 mm) + 1 cahier intérieur de 32 pages (150×205 mm)
Reliure origami sans col ni couture, assemblage à la main
300 exemplaires numérotés dont 30 exemplaires en tirage de tête et 120 signés par les auteurs
Imprimé en France, dans le Grand-Est
19 €
Parution : janvier 2018
ISBN 978-2-9560038-1-6

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

En savoir plus sur les auteurs

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Poids 0.250 kg
Dimensions 15 × 20.5 × 0.5 cm

3 avis pour Fensch

  1. Revue de presse

    A lire : « Lire nos mémoires », un article d’Anaïs Viand, rédactrice en chef de fisheyemagazine.fr

  2. Revue de presse

    A lire : « La Photographie, buvard de mots et de rêves », un article de Fabien Ribery sur son blog L’Intervalle

  3. Revue de presse

    A lire : « Le photobook comme exhausteur sensoriel », un article d’Olenka Carrasco sur le blog ViensVoir

Seuls les clients connectés ayant acheté ce produit ont la possibilité de laisser un avis.

Vous aimerez peut-être aussi…

Shopping Cart